Disney Wiki
Advertisement

La Petite Sirène (The Little Mermaid) est le 36e long-métrage d'animation et le 28e « Classique d'animation » des studios Disney. Sorti en 1989, il s'inspire du conte du même nom de Hans Christian Andersen, publié en 1837.

Le film raconte l'histoire d'Ariel, une jeune princesse sirène qui rêve de devenir humaine et tombe amoureuse du Prince Éric, ce qui la conduit à conclure un accord magique avec Ursula, une méchante sorcière des mers, pour devenir humaine et être avec lui.

Ce fut le premier film d'animation Disney à connaître un succès important depuis Les Aventures de Bernard et Bianca (1977), douze ans plus tôt.

Le succès du film lui permettra de donner naissance à une suite intitulée La Petite Sirène 2 : Retour à l'océan et sortie en 2000, ainsi qu'à deux préquelles : la série d'animation La Petite Sirène (1992-1995), diffusée sur CBS, puis le film Le Secret de la Petite Sirène, sorti en 2008.

Une adaptation en prise de vue réelle, réalisée par Rob Marshall, est sortie en 2023.

Synopsis[]

Ariel, une jeune et belle sirène de seize ans, princesse du royaume d'Atlantica, ne se satisfait pas de sa vie sous-marine et est fascinée par le monde des humains. Avec son meilleur ami Polochon, un poisson, elle collectionne des artéfacts venant de ce monde et va souvent à la surface rendre visite à Eurêka, un goéland qui, malgré ce qu'il pense, connaît bien peu de choses sur la culture des humains. Elle ignore les avertissements de son père, le roi Triton, dirigeant d'Atlantica, et de Sébastien, un crabe également conseiller du roi et chef d'orchestre, qui lui disent que le contact entre les humains et le peuple de la mer est interdit.

Une nuit, Ariel, Polochon et Sébastien, amené de force, voyagent jusqu'à la surface pour admirer une fête sur un bateau pour l'anniversaire du Prince Éric. Ariel tombe immédiatement amoureuse d'Éric. Peu de temps après, cependant, une violente tempête se manifeste. Le navire fait naufrage et le prince tombe par-dessus bord. Ariel lui porte secours et le ramène jusqu'au rivage. Elle chante pour lui, mais s'enfuit lorsqu'il commence à reprendre ses esprits afin qu'il ne découvre pas que c'est une sirène. Fasciné par la chanson, Éric jure qu'il épousera la jeune fille à la voix merveilleuse quand il la retrouvera. Remarquant un changement dans le comportement d'Ariel, Triton demande à Sébastien la raison de ce changement et ce dernier laisse échapper son voyage à la surface. Furieux, il apprend l'amour qu'Ariel porte à l'humain, la retrouve dans sa grotte et, laissant libre cours à sa colère, détruit les artéfacts qu'elle a collectionné avec son trident. Peu de temps après le départ d'un Triton confus, deux murènes nommées Flotsam et Jetsam, convainquent Ariel d'aller rendre visite à Ursula, la sorcière des mers.

Ariel fait un pacte avec Ursula : en échange de sa voix, qu'Ursula garde dans une coquille de nautile, elle deviendra humaine pour trois jours. Pendant cette durée, Ariel devra recevoir un "baiser d'amour véritable" de la part d'Éric. Si elle y parvient, elle restera humaine et retrouvera sa voix. Cependant, si elle échoue, elle redeviendra sirène et Ursula la gardera esclave pour toujours. Ariel accepte, des jambes humaines remplacent sa queue de poisson, et Polochon et Sébastien parviennent à l'amener à la surface. Éric trouve Ariel sur la plage et la ramène au château, sans savoir qu'elle est celle qui l'a sauvé. Pendant ce temps, Triton se sent coupable de la disparition de sa fille et s'en veut de l'avoir punie trop sévèrement. Inquiet, il la fait rechercher, ainsi que Sébastien, dans tout le royaume. Ariel passe du temps avec Éric, et à la fin du deuxième jour, alors qu'ils sont sur le point de s'embrasser, leur barque est renversée par Flotsam et Jetsam. Énervée de voir qu'Ariel a failli réussir, Ursula se transforme en une ravissante jeune femme prénommée Vanessa et apparaît sur le rivage, en chantant avec la voix d'Ariel. Éric reconnaît cette voix qui, sortant du coquillage d'Ursula, lance un sort hypnotique à Éric pour qu'il oublie Ariel et n'ait d'yeux que pour Vanessa.

Le lendemain, Ariel apprend qu'Éric va se marier avec Vanessa. Eurêka découvre la véritable identité de Vanessa (c'est Ursula) et informe Ariel, qui se met directement à la poursuite du bateau où se déroule la cérémonie. Sébastien met au courant Triton, et Eurêka interrompt le mariage à l'aide de plusieurs animaux marins. Dans le chaos, le coquillage autour du cou de Vanessa se brise, et Ariel retrouve sa voix alors que l'enchantement d'Ursula sur Éric se dissipe. Réalisant qu'Ariel est la fille qui lui a sauvé la vie, Éric se précipite pour l'embrasser, mais le soleil se couche et Ariel redevient une sirène. Ursula, redevenue pieuvre, kidnappe Ariel. Triton fait face à Ursula et lui demande de libérer Ariel, mais le serment est inviolable. Sous l'insistance d'Ursula, Triton accepte de prendre la place d'Ariel comme prisonnier d'Ursula, et abandonne son trident. Ariel est libérée et Triton est transformé en polype, perdant alors la souveraineté sur Atlantica. Ursula se déclare alors nouvelle souveraine, mais avant qu'elle ne puisse utiliser le trident, Éric l'interrompt avec un harpon. Ursula essaie de tuer Éric, mais Ariel intervient et dévie le trident sur Flotsam et Jetsam, qui sont désintégrés. Enragée, Ursula utilise le trident pour devenir monstrueusement grande.

Ariel et Éric se retrouvent à la surface, avant qu'Ursula ne les encercle. Elle gagne le contrôle de l'océan tout entier et crée une tempête qui ramène des épaves à la surface. Alors qu'Ursula va pour désintégrer Ariel, Éric gouverne une épave vers Ursula et l'empale avec le mât de beaupré. Ursula est vaincue. Triton et les autres polypes reprennent leur forme originelle. Alors que la sirène se résigne à devoir vivre loin du prince, Triton réalise qu'Ariel aime véritablement Éric, et la transforme alors en humaine pour toujours. Ariel et Éric se marient sous la bénédiction du roi Triton et partent en bateau vers l'horizon.

Fiche technique[]

  • Titre original : The Little Mermaid
  • Titre français : La Petite Sirène
  • Réalisation : John Musker et Ron Clements
  • Scénario : John Musker et Ron Clements d'après Hans Christian Andersen ; Roger Allers, Matthew O'Callaghan, Ed Gombert, Gary Trousdale, Thom Enriquez, Joe Ranft et Brenda Chapman (storyboards)
  • Montage : John Carnochan (supervision film), Kathleen Bennett (supervision musique)
  • Conception graphique :
    • Direction artistique : Michael Peraza Jr. et Donald Towns
    • Décors : Donald Towns (supervision), assisté de Jim Coleman, Lisa Keene, Brian Sebern, Philip Phillipson, Andrew Phillipson, Robert E. Stanton, Cristy Maltese, Doug Ball, Tia Kratter, Greg Drolette, Dean Gordon, Craig Robertson, Kathy Altieri et Dennis Durrell
    • Développement visuel : Andy Gaskill
  • Animation :
    • Supervision : Andreas Deja, Mark Henn, Glen Keane, Duncan Marjoribanks, Ruben Aquino, et Matthew O'Callaghan
    • Animation des personnages : Michael Cedeno, Rick Farmiloe, Shawn Keller, David Pruiksma, Dan Jeup, Jay Jackson, Barry Temple, James Baxter, Kathy Zielinski, Jorgen Klubien, Will Finn, Douglas Krohn, Leon Joosen, Russ Edmonds, David Stephan, Anthony Derosa, Phil Young, David Cutler, Nick Ranieri, Dave Spafford, Chris Bailey, Tony Fucile, Chris Wahl, Chuck Harvey, Tom Sito, Ellen Woodbury, Ron Husband, David Pacheco, Tony Anselmo et Rob Minkoff
    • Effets spéciaux : Mark Dindal (supervision), Jonathan Levit (coordinateur), Bernie Gagliano, Dorse A. Lanpher
    • Animation numérique : Mary Jane 'M.J.' Turner (ingénieur), Andrew Schmidt, Tina Price
  • Musique :
    • Compositeur : Alan Menken
    • Chansons : Howard Ashman (paroles), Alan Menken (musique)
    • Musique Additionnelles: Hans Zimmer et Stephen Schwartz
    • Arrangements et direction : Robby Merkin
    • Orchestrations : Thomas Pasatieri
  • Productrice associée : Maureen Donley
  • Producteurs délégués : Howard Ashman et John Musker
  • Société de production : Walt Disney Pictures, Silver Screen Partners IV
  • Société de distribution : Buena Vista Pictures Distribution
  • Budget : 40 millions USD
  • Langue : anglais
  • Format : Couleurs - 1,66:1 (1,85:1 étendu) - Dolby Stéréo
  • Durée : 83 minutes
  • Dates de sorties : États-Unis : 15 novembre 1989, France : 28 novembre 1990

Note : La liste des « crédités » au générique étant trop longue pour être citée in extenso ici, nous n'avons repris que les principaux contributeurs.

Distribution[]

Voix originales[]

  • Jodi Benson : Ariel / Vanessa
  • Christopher Daniel Barnes : Prince Eric (Le Prince Éric)
  • Samuel E. Wright : Sebastian (Sébastien)
  • Pat Carroll : Ursula
  • Jason Marin : Flounder (Polochon ; Barbotteur au Québec)
  • Kenneth Mars : King Triton (Le Roi Triton)
  • René Auberjonois : Louis
  • Will Ryan : Seahorse (L'hippocampe)
  • Paddi Edwards : Flotsam and Jetsam (Pouilleuse et Gueuse au Québec)
  • Buddy Hackett : Scuttle (Eurêka ; Écoutille au Québec)
  • Edie McClurg : Carlotta
  • Ben Wright : Grimsby (Amédée au Québec)
  • Kimmy Robertson : Alana
  • Matthew Balaban : Atina
  • Hamilton Camp : Seadog (Le loup de mer)
  • Frank Welker : Max / Voix additionnelles
  • Jim Cummings, Mark Hamill, Tim Curry, Nancy Cartwright, Jack Angel, Andrew Adamson, Charlie Adler, Jennifer Darling, Gerrit Graham, Sherry Lynn, Gene Merlino, Sally Stevens : Voix additionnelles

Voix françaises[]

En gras, les voix présentes dans les deux doublages :

Premier doublage (1990)[]

  • Claire Guyot : Ariel (dialogues et chant) / Vanessa (dialogues et chant)
  • Thierry Ragueneau : Le Prince Éric
  • Henri Salvador : Sébastien
  • Micheline Dax : Ursula
  • Boris Roatta : Polochon
  • Jacques Deschamps : Le Roi Triton
  • Gérard Rinaldi : Louis
  • Vincent Grass : Flotsam et Jetsam
  • Emmanuel Jacomy : Eurêka
  • Claude Chantal : Carlotta
  • René Bériard : Grimsby
  • Carole Bacon : Andrina
  • Barbara Tissier : Alana
  • Céline Duhamel : Aquata
  • Luq Hamet : L'hippocampe
  • Jacqueline Porel : La servante
  • Jacques Giraud : Le capitaine
  • Pascal Germain : Le marin
  • Raymond Baillet : Le prêtre
  • Bernard Tixier : Le loup de mer

Deuxième doublage (1998)[]

  • Claire Guyot : Ariel (dialogues) / Vanessa (dialogues)
  • Marie Galey : Ariel (chant) / Vanessa (chant)
  • Bruno Choël : Le Prince Éric
  • Christophe Peyroux : Sébastien
  • Micheline Dax : Ursula
  • Julien Bouanich : Polochon
  • Jean Davy : Le Roi Triton
  • Dorothée Pousséo : Andrina
  • Miguel Angel Jenner : Louis
  • Marc Alfos : Flotsam et Jetsam
  • Gérard Hernandez : Eurêka
  • Claude Chantal : Carlotta
  • Jacques Herlin : Grimsby
  • Éric Métayer : L'hippocampe

Voix québécoises[]

  • Violette Chauveau : Ariel (dialogues) / Vanessa (dialogues)
  • Dominique Faure : Ariel (chant) / Vanessa (chant)
  • Pierre Auger : Le Prince Éric
  • Ronald France : Sébastien (dialogues)
  • Michel Comeau : Sébastien (chant)
  • Élizabeth Chouvalidzé : Ursula
  • Inti Chauveau : Barbotteur
  • Yves Massicotte : Le Roi Triton
  • Bruno Laplante : Louis
  • Éric Gaudry : Pouilleuse et Gueuse
  • Luc Durand : Écoutille
  • Michel Maillot : Amédée
  • Arlette Sanders : Carlotta
  • Marc Labrèche : Le messager
  • Alain Gélinas : Le prêtre
  • Jean Brousseau : Le marin
  • Emmanuel Brouillet : Voix additionnelle
  • Estelle Picard : Voix additionnelle

Distinctions[]

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

  • Oscar de la meilleure chanson originale 1990 pour Under the sea (Sous l'océan) d'Alan Menken et Howard Ashman.
  • Oscar de la meilleure musique de film 1990 pour Alan Menken

Sorties cinéma[]

Sauf mention contraire, les informations suivantes sont issues de l'Internet Movie Database.

Premières nationales[]

  • États-Unis :
    • 15 novembre 1989 (premières mondiales à New York et Los Angeles)
    • 17 novembre 1989 (nationale)
  • Canada : 17 novembre 1989
  • Argentine : 7 décembre 1989
  • Pérou : 14 décembre 1989
  • Brésil : 15 décembre 1989
  • Australie : 20 juin 1990
  • Royaume-Uni : 12 octobre 1990
  • Italie : 9 novembre 1990
  • Danemark : 16 novembre 1990
  • France : 28 novembre 1990
  • Allemagne : 29 novembre 1990
  • Norvège : 29 novembre 1990
  • Suède : 30 novembre 1990
  • Finlande : 30 novembre 1990
  • Espagne : 5 décembre 1990
  • Argentine-Chili / Roumanie / Catalan et Latina: 9 décembre 1990
  • Pays-Bas : 21 décembre 1990
  • Japon : 20 juillet 1991
  • Corée du Sud : 20 juillet 1991
  • Hong Kong : 10 août 1991
  • Thaïlande : 14 août 1991

Ressorties principales[]

  • États-Unis : 14 novembre 1997, 31 mars 1998
  • Argentine : 4 décembre 1997
  • Brésil : 16 janvier 1998
  • Suède : 30 janvier 1998
  • Danemark : 6 février 1998
  • Finlande : 6 février 1998
  • Italie : 10 février 1998
  • Japon : 14 février 1998
  • Corée du Sud : 14 février 1998
  • Thaïlande : 6 mars 1998
  • Islande : 13 mars 1998
  • Hongrie : 2 avril 1998
  • Mexique : 3 avril 1998
  • Argentine-Chili / Roumanie / Catalan et Latina: 11 avril 1998
  • Pologne : 29 mai 1998
  • Australie : 18 juin 1998
  • Espagne : 26 juin 1998
  • France : 1er juillet 1998
  • Pays-Bas : 2 juillet 1998
  • Allemagne : 9 juillet 1998
  • Autriche : 10 juillet 1998
  • Suisse alémanique : 10 juillet 1998
  • Portugal : 17 juillet 1998
  • Royaume-Uni : 17 juillet 1998
  • Koweït : 23 septembre 1998

Ressortie version 3D[]

  • États-Unis : 13 septembre 2013 (sortie annulée en janvier 2013)

Sorties vidéo[]

  • 18 mai 1990 : VHS (Québec) avec format 4/3.
  • 13 septembre 1991 : VHS avec recadrage 4/3 (plein écran) et 1er doublage français. Disponible aussi en Laserdisc avec recadrage 4/3.
  • 31 mars 1998 : VHS (Québec) avec recadrage 4/3 et 2e doublage
  • 31 octobre 1998 : VHS avec recadrage 4/3 et 2e doublage. Disponible aussi en Laserdisc avec recadrage 4/3 et 2e doublage
  • 12 avril 2000 : DVD avec format 16/9, 4/3 et 2e doublage
  • 4 octobre 2006 : sortie en DVD et double DVD collector, avec format 16/9 et 1er doublage
  • 25 septembre 2013 : DVD et Blu-ray avec format 16/9 et 1er doublage

Origine et production[]

Les studios Disney avaient décidé d'adapter le conte dès la fin des années 1930 avec des illustrations réalisées par Kay Nielsen, mais le projet fut abandonné. Les animateurs du film ont alors puisé leur inspiration dans les archives de l'ancien projet. Ce film est le premier depuis La Belle au bois dormant (1959) à utiliser comme base de scénario un conte populaire, à savoir celui de La Petite Sirène (1837) de Hans Christian Andersen. Les films entre les deux se basent sur des histoires un peu plus récentes (après 1860).

C'est le dernier long-métrage d'animation Disney à utiliser la méthode traditionnelle de cellulos peints à la main. La production dut de ce fait, et devant l'insistance des réalisateurs, sous-traiter le traçage des bulles d'eau à une société chinoise, dont le travail faillit être compromis par les manifestations de la place Tian'anmen.

La Petite Sirène est le premier film de Disney à recevoir un Oscar depuis L'Apprentie sorcière (1971). Son succès a permis à Walt Disney Pictures d'effacer les pertes accumulées depuis l'échec du film Le Trou noir (1979). La production du film a nécessité de très nombreux effets spéciaux, près de 80 % des scènes requièrent un effet que ce soit les tourbillons, les bulles, le feu, les ombres, les reflets sur les surfaces marines, la distorsion de l'eau, etc.

Le DVD Collector présente six scènes supprimées :

  • une version prolongée de la séquence d'ouverture du film, où l'on apprend qu'Ursula est la sœur du roi Triton.
  • une version alternative de la chanson d'Ursula, où elle explique pourquoi elle a été bannie du royaume des sirènes.
  • une scène juste avant le concert des sept filles de Triton, quand Sébastien cherche désespérément Ariel qui a disparu.
  • un prolongement de la scène où Sébastien est perdu dans le château du prince Éric.
  • un conseil additionnel de Sébastien à Ariel avant qu'elle ne s'endorme à la fin de sa deuxième journée humaine.
  • le combat d'Ursula à la fin du film (sans dialogues).

Bande originale[]

  • Dans les profondeurs de l'océan (Fathoms Below) ou Au fond des flots au Québec - Chœur
  • Filles du roi Triton (Daughters of Triton) - Les sœurs d'Ariel
  • Partir là-bas (Part of Your World) ou Parmi ces gens au Québec - Ariel
  • Sous l'océan (Under the Sea) - Sébastien et chœur
  • Partir là-bas - Ariel
  • Pauvres âmes infortunées (Poor Unfortunate Souls) ou Pauvres petites âmes en peine au Québec - Ursula
  • Les Poissons (Les Poissons) - Louis
  • Embrasse-la ou Doux baiser au Québec (Kiss the Girl) - Sébastien et chœur
  • La Chanson de Vanessa (Vanessa's song) ou La Reine de l'Océan au Québec - Vanessa
  • Partir là-bas - Chœur

Personnages[]

Pour créer le personnage d'Ariel, les dessinateurs se sont inspirés de l'actrice américaine Alyssa Milano tandis que Sherri Stoner a servi de modèle pour les prises de vues réelles préparatoires. À l'époque Alyssa Milano jouait dans la série Madame est servie et l'animateur Glen Keane a confirmé cette source d'inspiration. Selon une rumeur, Jodi Benson, qui prête sa voix à Ariel, s'est entraînée à chanter Partir là-bas dans le noir pour se sentir "sous l'océan". Pour David Whitley, Ariel est une déclinaison sous-marine de l'archétype de la princesse qui se fait une place dans le monde, devant s'appuyer sur les forces de la nature et ses représentants, les animaux. Elle rejoint donc Blanche-Neige, définition de cet archétype et ses variations, Cendrillon et Aurore. Quant au personnage d'Ursula c'est la drag queen Divine qui a servi de source d'inspiration.

Dans la mythologie grecque, le roi des mers n'est pas Triton mais Poséidon. Triton est l'un de ses fils. Quant aux sœurs d'Ariel dans le film, elles se nomment (en VO) Aquatta, Andrina, Arista, Attina, Adella et Alana. Lors de la première apparition du Roi Triton, on peut apercevoir en bas à gauche dans le public Mickey Mouse, Donald Duck et Dingo.

Ben Wright, qui prête sa voix à Grimsby le valet du prince Éric, interprétait Roger Ratcliff dans Les 101 Dalmatiens (1961), trente ans plus tôt. Grimsby adopte les caractéristiques Disney du majordome, élancé et dévoué, caractéristiques que l'on retrouve chez le Grand Duc, majordome du roi dans Cendrillon (1950).

Pour David Koenig, le chien du Prince Eric, le berger Max souffre du "Syndrome Pluto", des adjuvants animaliers qui n'ont pas la parole alors que d'autres personnages animaliers anthropomorphes ou non en sont dotés.

Aspect artistique[]

La séquence Embrasse-la réutilise des arrière-plans des Aventures de Bernard et Bianca (1977). L'idée de donner à Ursula deux murènes comme "animaux de compagnie" est d'ailleurs venue des deux crocodiles de Médusa. A noter également que cette association est contre-nature : les murènes étant, dans le monde réel, prédatrices des pieuvres.

Dans la grotte d'Ariel, on peut apercevoir une peinture de Georges de La Tour (XVIIe siècle) : La Madeleine à la flamme filante. Il est fort probable que cette représentation soit un clin d’œil au tableau conservé[réf. nécessaire] au Musée d'art du comté de Los Angeles, à Los Angeles, donc proche des studios où le film fut réalisé. Il met en avant des vanités (crâne, bougie se consumant).

Sur le contrat qu'Ursula fait signer à Ariel, on peut lire: I hereby grant unto Ursula, the witch of the sea..., one voice, in exchange for byon once high, Dinu*gihn thon Mueo serr on Puur-qurr I rehd moisn petn r m uenre urpti m srerp monk guaki, Ch rich noy ri imm ro mund for all eternity. Signed.... Il comporte également un "hidden Mickey".

Dans la scène qui se déroule dans la cuisine, le cuisinier fredonne un air qui ressemble à la chanson C'est la Fête qu'interprète Lumière dans La Belle et la Bête (1991). De plus, ces deux chansons ont pour thème la gastronomie française, bien que le cuisinier soit d'origine italienne dans la version française.

Notes et références[]

Notes[]

Le titre original de la chanson dans B.O.F. est Pauvres âmes infortunées mais le texte de la chanson parle lui de Pauvres âmes en perdition, d'où une confusion fréquente.

Références[]

  1. (en) La Petite Sirène [archive] sur l’Internet Movie Database
  2. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 330-331
  3. (en) Ben Fritz, «  » [archive], sur Los Angeles Times, 14 janvier 2013
  4. (en) «  » [archive], sur The Huffington Post, 5 juin 2013
  5. (en) David Whitley, The Idea of Nature in Disney Animation, p. 40
  6. (2006) Commentaires audio de John Musker, Ron Clements, et Alan Menken Bonus disponibles sur The Little Mermaid: Platinum Edition [DVD]. Walt Disney Home Entertainment.
  7. (en) Lynda Haas, Elizabeth Bell, Laura Sells, From Mouse to Mermaid, p. 120.
  8. (en) David Koenig, Mouse Under Glass, p. 108
  9. (en) Lynda Haas, Elizabeth Bell, Laura Sells, From Mouse to Mermaid, p. 11.
  10. (en) Lynda Haas, Elizabeth Bell, Laura Sells, From Mouse to Mermaid, p. 125.
  11. (en) Lynda Haas, Elizabeth Bell, Laura Sells, From Mouse to Mermaid, p. 196.
  12. (en) Tim Hollis and Greg Ehrbar, Mouse Tracks: The Story of Walt Disney Records, p. 183
  13. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 331
  14. (en) John Moore, «  » [archive], sur Denver Post, 1er septembre 2007 (consulté le 13 novembre 2007)
  15. (en) James White, «  » [archive], sur Empire Online, 16 août 2016 (consulté le 28 juin 2017)
  16. (en) Dirk Libbey, «  » [archive], sur Cinema Blend, 16 août 2016 (consulté le 28 juin 2017)
  17. Maxime Bedini, «  » [archive], sur CinéSéries, 4 juillet 2019 (consulté le 5 juillet 2019)
  18. (en) Gary Levin, «  » [archive], sur USA Today, 3 août 2017 (consulté le 26 février 2018)
  19. (en) Adam Hetrick, «  » [archive], sur Playbill, 3 août 2017 (consulté le 26 février 2018)
  20. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 589
Advertisement