Disney Wiki
Advertisement

Les Aventures de Bernard et Bianca (The Rescuers), est le 29e « Classique d'animation » des studios Disney sorti en 1977. Une suite intitulée Bernard et Bianca au pays des kangourous est sortie en 1990.

Synopsis

Une jeune orpheline nommée Penny a été kidnappée et enfermée dans un bateau à aube abandonné du Bayou du Diable. Un jour, elle jette à la mer une bouteille contenant un message de détresse et qui est découverte par la SOS Société, une organisation internationale de souris qui a élu domicile dans les caves du bâtiment des Nations unies. Miss Bianca, une souris blanche déléguée de Hongrie, se porte volontaire au secours de Penny. Après un temps d'hésitation, le président de la SOS Société suggère de lui adjoindre un coéquipier. Ne sachant qui choisir, Miss Bianca jette finalement son dévolu sur Bernard, un concierge balbutiant.

Le duo se rend d'abord à l'orphelinat Clair Matin (Morningside en VO) où vivait Penny et y rencontre un vieux chat nommé Rufus. Il leur raconte qu'une femme nommée par Mme Médusa a tenté une fois d'attirer Penny dans sa voiture et qu'elle a peut-être réussi à la kidnapper. Bernard et Bianca se rendent à la boutique de prêteur sur gages de Mme Médusa et découvrent qu'elle est partie avec son associé M. Snoops à la recherche du plus gros diamant du monde, l’Œil du Diable. M. Snoops surveille Penny dans le Bayou du Diable aidé par les deux crocodiles de Médusa, Brutus et Néron.

Grâce à un albatros du nom d'Orville, les deux souris parviennent jusqu'au bayou puis elles rejoignent le bateau de Medusa à l'aide d'une libellule nommée Evinrude. Elles surprennent une discussion qui leur apprend que Penny a été kidnappée car sa petite taille lui permet de passer l'étroit passage donnant sur une grotte où est caché l’Œil du Diable. Après avoir été pourchassés par les deux crocodiles, Bernard et Miss Bianca trouvent Penny et préparent un plan d'évasion tandis qu'Evinrude alerte les animaux des environs. Mais Evinrude est retardé par un groupe de chauves-souris en chasse et doit se cacher. Le lendemain matin, Mme Médusa et M. Snoops emmènent Penny dans la caverne des pirates. Pour la forcer à récupérer le diamant, Medusa garde avec elle son ours en peluche. Bernard et Miss Bianca sont cachés dans la poche de la jupe de la jeune fille. La pierre précieuse est dissimulée dans un crâne. Penny utilise un sabre pour entrouvrir la mâchoire du crâne pendant que les souris essayent de le sortir depuis l'intérieur. La tâche est difficile et une vague océanique menace de submerger la caverne. Les deux souris et Penny parviennent finalement à récupérer le diamant.

À sa sortie de la grotte, Penny est interceptée par M.Snoops et Mme Médusa. Cette dernière souhaitant duper son comparse, prend le diamant et le cache dans l'ours en peluche. De retour au bateau, elle pointe un fusil sur son associé et Penny afin de les empêcher de la suivre. Mais en s'enfuyant, elle trébuche sur un câble tendu par Bernard et Bianca et fait tomber l'ours. Penny récupère sa peluche et s'enfuit en courant. Les animaux du voisinage arrivent alors au bateau et aident les souris à emprisonner les deux crocodiles. Ensuite, ils allument les feux d'artifices que M. Snoops stockés sur le bateau augmentant le chaos. Pendant ce temps les souris et Penny réquisitionnent l'hydroglisseur artisanal de Mme Médusa, cette dernière tente en vain de les poursuivre en utilisant ses crocodiles comme des skis nautiques finissant accrochée à l'une des cheminées du bateau tandis que les deux sauriens irrités par la manœuvre essayent de l'attraper, le tout sous le regard moqueur de Snoops qui, après s'être pris une fusée, s'éloigne sur un radeau de fortune.

De retour à New York, la SOS Société regarde un reportage sur la découverte par Penny du diamant de l’Œil du Diable qui a été offert à la Smithsonian Institution et sur l'adoption de la jeune fille. La réunion est interrompue par Evinrude qui survient avec un appel à l'aide qui amène Bernard et Bianca vers une nouvelle aventure.

Production

Le film a été réalisé en quatre ans avec une équipe 250 personnes, dont 40 animateurs qui ont produit environ 330 000 dessins ; il y avait 14 séquences avec 1 039 scènes distinctes et 750 décors.

Animation

Les Aventures de Bernard et Bianca est le premier film de Disney à associer les talents de l'équipe d'animateurs et scénaristes d'origine des studios (dont certains des Neuf Sages de Disney) avec la nouvelle garde, moins expérimentée et recrutée au début des années 1970.

C'est aussi la première participation de Don Bluth en tant que directeur de l'animation. Parmi les nouveaux animateurs impliqués dans la production du film, plusieurs ont joué un rôle important dans la Renaissance Disney des années 1990. On peut citer John Pomeroy, Glen Keane, Ron Clements, Gary Goldman et Andy Gaskill. La plupart des animateurs est formée sous la supervision d'Eric Larson et ils font ici leurs débuts.

Le premier film d'animation à grand succès sans Walt Disney

Les Aventures de Bernard et Bianca est le premier film d'animation du studio Disney à devenir un succès commercial depuis Livre de la jungle (1967) et le dernier avant La Petite Sirène (1989). Il marque ainsi la fin de la seconde partie du Premier Âge d'Or des studios, débutant avec Cendrillon (1950). Il est aussi le premier succès du studio dans lequel Walt Disney n'a pas été impliqué. Les Aventures de Bernard et Bianca est le plus important succès de Disney depuis Mary Poppins (1964), et préfigure le Second Âge d'or de l'animation ou la Renaissance du studio.

Les Aventures de Bernard et Bianca marque le retour d'un film d'animation Disney avec sentiments dans la lignée des premiers longs métrages d'animation du studio comme Blanche-Neige et les sept nains, Dumbo ou Bambi.

Xérographie

le film a marqué aussi l'arrêt chez Disney de l'animation limitée utilisée durant les années 1960 et 1970. La nouvelle processus de xérographie a introduit des toners gris et colorés pour obtenir un contour plus doux.

Distribution

Voix originales

  • Bob Newhart : Bernard
  • Eva Gabor [voix parlée] et Robie Lester [voix chantée] : Miss Bianca
  • Geraldine Page : Madame Médusa
  • Joe Flynn : Monsieur Snoops
  • Michelle Stacy : Penny
  • Jim Jordan : Orville
  • John McIntire : Rufus
  • Jeanette Nolan : Annie Bouée
  • Pat Buttram : Luke
  • James MacDonald : Evinrude
  • George Lindsey : le lapin
  • Larry Clemmons : la tortue
  • John Fiedler : le hibou
  • Dub Taylor : la taupe
  • Bernard Fox : le président de la SOS Société
  • Bill McMillian : le présentateur télé

Voix françaises

  • Roger Carel : Bernard
  • Béatrice Delfe [voix parlée] et Anne Germain [voix chantée] : Bianca
  • Perrette Pradier : Madame Médusa
  • Philippe Dumat : Monsieur Snoops
  • Aurélia Bruno : Penny
  • Francis Lax : Orville
  • Teddy Bilis : Rufus
  • Jane Val : Annie Bouée
  • Gérard Hernandez : Luke
  • Serge Lhorca : le lapin
  • Henry Djanik : la tortue
  • Albert Augier : le hibou
  • Michel Gudin : la taupe et la voix de l'aéroport
  • Georges Riquier : le président de la SOS Société
  • Jean Berger : le présentateur télé

Chansons du film

  • Le Voyage (The Journey) - Soliste
  • SOS Société (Rescue Aid Society) - Le Président, Assemblée, Bernard et Bianca
  • Demain, c'est un autre jour (Tomorrow is Another Day) - Soliste
  • Quelqu'un viendra (Someone's Waiting for You) - Soliste
  • Demain, c'est un autre jour (Finale) - Soliste

Sortie et accueil

Avec un cout de production de 7,5 millions de USD, Les Aventures de Bernard et Bianca est le premier film d'animation Disney à gros budget depuis La Belle au bois dormant (1959), lui-même estimé à 6 millions de USD.

Première exploitation

La première du film Les Aventures de Bernard et Bianca a lieu à Washington le 19 juin 1977, avant une sortie nationale aux États-Unis le 22 juin 1977, seulement 4 semaines après la sortie de La Guerre des étoiles (sorti le 25 mai 1977) et presque 40 ans après le premier long métrage de Disney, Blanche-Neige et les Sept Nains (1937). Le film reçoit un bon accueil de la part de la critique et rencontre le succès commercial.

Dès sa sortie en France le 30 novembre 1977, le film réalise un important démarrage avec 516 696 entrées et se positionne au premier rang du box-office français, dépassant le film de George Lucas. Les Aventures de Bernard et Bianca est, pour sa première semaine, présent dans vingt-et-une salles parisiennes et attire 147 522 spectateurs. Durant sa sortie en France, les 7,2 millions d'entrées du film dépassent celles de Star Wars. Avec 5 219 476 entrées, Les Aventures de Bernard et Bianca finit ainsi numéro un du box-office des films sortis en France en 1977.

Il est aussi le plus important film de l'année en Allemagne de l'Ouest avec 9,7 millions d'entrées. Ce résultat en Allemagne a mis 17 ans avant d'être dépassé par Le Roi Lion, qui réalisa un score de plus de 11 millions d'entrées.

À la fin de la période de sortie initiale, les recettes aux États-Unis et au Canada totalisent 19 millions d'USD et 41 millions à l'international. En 1978, Harmetz annonce des recettes de 45 millions d'USD pour l'Europe de l'Ouest. Quelques années plus tard, le montant total généré par le film est estimé à 48 millions d'USD en salle à l'international.

Accueil critique

Les Aventures de Bernard et Bianca est le premier film d'animation du studio Disney à devenir un succès commercial depuis Le Livre de la jungle (1967) et le dernier avant La Petite Sirène (1989). Il marque ainsi la fin de la seconde partie du Premier Âge d'Or des studios, débutant avec Cendrillon (1950). Il est aussi le premier succès du studio dans lequel Walt Disney n'a pas été impliqué. Les Aventures de Bernard et Bianca est le plus important succès de Disney depuis Mary Poppins (1964), et préfigure le Second Âge d'or de l'animation ou la Renaissance du studio.

Variety considère Bernard et Bianca comme une « admirable histoire simple » avec une vraie terreur et un marais gothique88. Le film est, pour le magazine, « la meilleure œuvre des animateurs Disney depuis de nombreuses années, restituant le métier à ses anciennes gloires ». L'une des meilleures scènes est celle avec l'albatros Orville. De plus, le film a une approche plus aventureuse de la stylisation des couleurs et des décors que les précédents, avec une délicate palette de pastel utilisée à un effet de grande envergure88.

Charles Champlin du Los Angeles Times a salué le film comme « le meilleur long métrage d'animation de Disney depuis une décennie ou plus - le plus drôle, le plus inventif, le moins gêné, le plus cohérent et émouvant du début à la fin, et probablement le plus important de tous, c'est aussi le plus touchant de cette manière unique que la fantaisie a de porter des vibrations de la vie réelle et des sentiments réels ».

Vincent Canby du New York Times écrit que « le film n'appartient pas à la même catégorie que les précédents longs métrages d'animation de Disney (Blanche-Neige et les Sept Nains, Bambi, Fantasia) mais c'est un rappel d'un genre de divertissement animé et joyeux qui a pratiquement disparu ».

Le critique Gene Siskel du Chicago Tribune attribue deux étoiles et demi sur quatre et écrit que « Voir un film d'animation Disney de nos jours, c'est le comparer aux classiques de Disney sortis il y a 30 ou 40 ans. Bernard et Bianca est léger, en effet. Ses thèmes sont oubliables. C'est surtout une histoire d'aventure »95. Siskel répond à Gary Arnold du Washington Post qui voit dans Bernard et Bianca des similarités avec Star Wars, principalement le sauvetage d'une jeune femme mais les ressemblances ne font pas un film95. Pour Siskel, il y a de nombreux personnages mais l'histoire est maigre.

Ellen MacKay de Common Sense Media donne quatre étoiles sur cinq, considérant que c'est une grande aventure mais trop sombre pour les plus jeunes107. TV Guide attribue trois étoiles sur cinq au film, estimant que « Bernard et Bianca est un film magnifiquement animé qui a prouvé que Disney a encore le savoir-faire de la fabrication de plats pour enfants de qualité alors même que leurs antécédents s'affaiblissaient ».

Le Rotten Tomatoes recense 81 % d'approbations avec une note moyenne de 6,46/10 à partir de 31 revues et le consensus s'établit sur « une animation unique, des personnages décalés et un travail vocal affectueux de Bob Newhart et Eva Gabor, le film représente un point lumineux dans l'après âge d'or de Disney ».

Détails supplémentaires

  • C'est le dernier film réalisé par Wolfgang Reitherman.
  • C'est le premier film de Disney avec la musique populaire à l'opposé de la musique orchestrale.
  • C'est le premier film Disney à être sorti en Dolby Stéréo dans les salles équipées dans la foulée du succès de Star Wars. Mais peu de salles étant équipées du nouveau système sonore, le film sort également en son monophonique.
  • La séquence illustrée par Someone's Waiting For You comporte une apparition de Bambi et sa mère.
  • La scène où Penny essaye de s'enfuir du bateau de Médusa est inspirée du Livre de la Jungle et les arrière-plans du bayou du Diable inspirèrent les fonds du lagon de La Petite Sirène.
  • Le prénom de l'albatros Orville est inspiré du prénom de l'un des Frères Wright, pionniers de l'aviation américaine. C’est également le cas pour son frère Wilbur, qui apparaît dans la suite.

Galerie

  • Les Aventures de Bernard et Bianca/Galerie

v - e - d
The-rescuers-51cb3d28267ed.png
Médias
Films et télévision Les Aventures de Bernard et BiancaBernard et Bianca au pays des kangourousTous en Boîte
Personnages
Les Aventures de Bernard et Bianca BernardMiss BiancaPrésident de la SOS SociétéRufusPennyMadame MedusaMr. SnoopsOrvilleBrutus and NéronAnnie BouéeLukeEvinrudeHabitants du Bayou

Bernard et Bianca au Pays des Kangourous:JackCodyMère de CodyFalooNelsonMarahutePercival McLeachJoannaSparkyWilburDr. MouseFrankKrebbsRedBaitmouseCrocodiles
Supprimés:Louis

Objets
Ours en peluche de Pennyl'Oeil du DiableBroussailleuse de McLeach
Lieux
Bayou du DiableNew York CityClairmatinBoutique de MédusaGrotte du BayouAustralieDésert d'AustralieMine d'opale abandonnéeSOS Société
Chansons
Le VoyageSOS SociétéDemain sera un autre jourQuelqu'un viendra



Advertisement